Place du Quarteau

Cette place contigüe au Champ à Seille (place Coislin) était l'une des plus anciennes de la ville.

Sur cette place la halle des drapiers existante avait été refaite en 1315.

Vers 1320 le marché des bêtes à quatre pieds se tenait au Quarteau. On y annonçait les mesures de fourrage destinées à la perception du droit de maltôte. Le nom de Quarteau provenait de cette mesure, la quarte.

Le jour de la fête de Sainte Croix, le 14 septembre 1322, une autre mesure avait été appliquée, remplaçant l'étalon de fer pendu à la halle des drapiers ainsi que celle qui pendait également dans l'église Sainte Croix.

La vente d'une maison en 1348 était dite située près de la poterne du Quarteau.

Par un atour de 1420 l'hôpital Saint Nicolas contre une redevance acceptait l'occupation de cette place par les étaux des tripiers, la place étant l'un des cinq quartiers de la ville occupés par les bouchers.

Le grenier à sel se trouvait sur la place et vers la place Saint Louis était située la neuve salle ou salle de réunions construite à la fin du 15ème siècle.

Dans cette salle où l'on pouvait danser, au mariage de Joachim en 1515, celui-ci vêtu de blanc, était arrivé par le Champ à Seille et devant l'assistance avait organisé une danse.

Au début du 17ème siècle la cité avait proposé le percement de la rue Royale près de la neuve salle pour rendre l'accès plus facile au public qui fréquentait le marché du Quarteau.

Sur cette place un puits public tari depuis quarante ans avait été rouvert en 1671 avec l'eau des sources de Tivoli du Sablon.

A partir de 1737, les bouchers avait l'interdiction d'abattre du bétail sur place, celui-ci ayant l'obligation d'être abattu à la tuerie de la place de l'Intendance (place de la Préfecture).

Le grenier à sel ainsi que le poids de la laine situés au Quarteau avaient également été déplacés sur la place de la Comédie.

A l'entrée de la place du Quarteau au printemps 1785 le pavé avait été reconstruit en partie.

Les trois enfants du boulanger Lalouette avaient été brûlés dans l'incendie de leur habitation le 22 juin 1807.

La place au XIXème siècle avait conservé ses anciennes maisons et des petites boutiques avec un étal en pierre.

Les commerces en 1936

N° 19 articles de ménage, n° 21 le palais du meuble, n° 23/25 boucherie, n° 27 pâtisserie, n° 29 teinturerie messine Klotz, n° 31 café du Quarteau, n° 33 ameublement, n° 35 tabac et coiffeuse,

n° 20/22 boucherie, n° 24 café Petit Parisien, n° 26 à 32 horlogerie et Lion frères confection pour hommes, n° 36 fourrures, n° 38 chaussures et boulangerie, n° 42 le lit confortable.

  • année 1913
  • année 1938
  • année 1960



Agrandir le plan




Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page