Rue Glatigny

Petite rue très ancienne entre la rue des Jardins et le quai Félix Maréchal. Elle était le prolongement de la ruelle du Bordel ou Bordé.

A l'origine elle aurait porté le nom de rue Galante, un lieu où l'on prenait du plaisir avec les filles mal famées.

De mauvais plaisants l'avaient surnommée rue de Glatigny parce qu'une fille originaire de Glatigny, fort gaillarde, y habitait. Le nom lui était resté.

Au XVème siècle un agent surnommé roi des ribauds, était le commissaire spécial des ribauds et ribaudes, chargé de la surveillance des tripots dont il recevait une redevance. Avec l'aide d'archers et de sergents il surveillait les tripots, les jeux de hasard, les logis des bordeaux et des femmes bordelières. Une bannière était mise aux maisons de ces femmes mal famées.

Un acte de 1479 rappelle l'existence d'une maison située en Glatigny avec l'usuaire devant et le jardin derrière. En 1614 un second acte fait mention d'une maison située en Glatigny derrière les moulins de Moselle.

En mars 1517 un incendie s'était déclaré dans un logis de la rue Glatigny qui avait entièrement brûlé.

Un endroit de la rue Glatigny était surnommé Petite Citadelle, une sorte d'impasse avec plusieurs maisons, située entre la rue Glatigny et le bas de la rue des Jardins, en raison d'une ancienne construction à l'angle du mur d'enceinte.

Vers 1860 ce cul de sac ayant son entrée sur la rue Glatigny, se prolongeant derrière les maisons de la rue des Jardins, avait donné lieu à un très long procès entre les propriétaires riverains.

En 1936 la rue était inhabitée.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page