Rue au blé

Anciennement dénommée rue aux Sons ou aux Grues, cette rue allait de la rue du Palais jusqu'à la place Saint Etienne, en longeant les jardins du palais épiscopal.

Au XVème siècle la rue au Blé était déjà citée puisqu'une maison de la place de Chambre avait une issue dans la rue à Bleifs, derrière l'évêché.

Il y avait une grange en cette vieille rue, proche du marché au blé qui se tenait place de Chambre à proximité des moulins de la ville.

La rue communiquait avec la place de chambre par un petit escalier à l'angle de cette place. Une partie de la rue avait été supprimée vers 1780 en prévision de l'agrandissement du palais épiscopal.

L'église Saint Victor contigüe à cette rue, était entourée d'un cimetière auquel on avait accès par la rue au blé. Elle avait été supprimée pendant la révolution, puis démolie en 1824.

Devenue un cul de sac cette rue conduisait au marché à la viande construit sur l'emplacement de l'église Saint Victor. Vers octobre 1870 la halle à la viande était composée de 22 étaux.

Pilastre de Rozier aurait séjourné à l'hôtel de Londres situé dans la rue au Blé. A l'angle de la rue Pierre Hardie vis à vis du Palais Français, avait existé un commerce de gravures et d'estampes.

L'actuel marché couvert avec une issue sur la rue au blé avait été construit en 1828 sur l'emplacement du palais épiscopal commencé avant la révolution et resté inachevé. Le marché avait été ouvert au public en août 1830.

Les commerces en 1936

N° 1 Direction de l'imprimerie Even, n° 1bis café Maugra,

N° 2 bonneterie, n° 4 Comité de secours aux familles touchées par le chômage, société de prévoyance et de secours mutuels, bureaux des contributions directes.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page