Urbanisation du Sablon

  • Le 19 décembre 1982 avait eu lieu l'inauguration des bâtiments rénovés Hannaux Barral.

  • Situé rue des jardiniers un immeuble de quatre étages dénommé "les Anémones" voyait le jour vers 1982.



  • Toujours à la même période le quartier des Plantes s'urbanisait avec la construction des résidences "Saint Fiacre" et des "Quatre Saisons".




  • C'est en début d'année 1989 qu'avait été prise la décision de construire sur les terrains disponibles entre les rues Saint André et du Lavoir, des immeubles de trois ou quatre étages, comportant 200 logements. Cette réalisation était prévue avec la construction des bâtiments en plusieurs tranches.


Au premier plan le bâtiment CNRO

  • Le quartier "les portes du Sablon" avait vu le jour sur les anciens terrains maraichers et sur celui de l'ancienne Flum.


  • En 1994 un immeuble de bureaux appelé "L'Amphithéâtre" était prévu entre deux grands immeubles récents, rue aux arènes derrière la gare.




  • En décembre 1994 le café de la "Bonne Source" situé au n°137 de l'avenue Malraux à l'angle de la rue Colchen, avait été démoli pour y construire un immeuble d'habitation.

Le programme locatif situé de part et d'autre de l'avenue Malraux et de la Sente à My était en cours de construction. Il comptait 230 nouveaux logements, mais devait en compter 600 lors de son achèvement. 36 logements étaient situés rue Colchen, 22 logements étaient en cours de réalisation et une tranche de 25 logements devait débuter en septembre 1996.


Bas de la rue Saint André, à l'arrière plan les construction de la Sente à My

  • Au printemps 1995 nouvelle construction d'une résidence "Saint Livier - Graouilly" à l'angle de ces rues .



  • Rénovation en 1996 de la maison de retraite de la CNRO, au n° 1 rue du lavoir. Pour cette résidence de 134 logements, construite vers 1974, les travaux avaient duré 20 mois.


  • A partir de 1997 une deuxième tranche de logements se terminait de l'autre côté du chemin de fer, rue de la Marne.



  • En 1994 un projet d'urbanisation avait vu le jour à l'emplacement de l'ancienne brasserie Amos. Le 19 avril 1995 les anciens entrepôts avaient été victimes d'un incendie spectaculaire. Une centaine de m2 de charpente avait été la proie des flammes. Huit véhicules de pompiers s'étaient déplacés pour combattre le feu qui avait pris sous les combles. Le 11 juillet 1997 un important feu de toiture s'était à nouveau déclaré à la brasserie en cours de démolition.

En mars 2000, les 300 logements construits à l'emplacement de la brasserie étaient terminés. En face l'aménagement du futur square était en cours.



  • A la place des anciens ateliers municipaux, rue Charles le Payen, environ 200 logements seront construits, dont 80 logements sociaux qui devraient être livrés en 2012.


Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page