Rue Nexirue

L’orthographe de Nexirue a beaucoup varié entre le 13ème et le 16ème siècle. De Eccerue en passant par acquecerue, noccirue, puis nikesierue et nexirue sous des orthographes différentes.

Une ancienne petite place du même nom à proximité aurait servi pour les exécutions criminelles.

Il avait existé vers le 14ème siècle entre la Nexirue et la rue des Clercs une chapelle d’abord appelée Saint Nicolas pour devenir par la suite Sainte Reinette.

En 1446 dans la rue en heccirue une maison appartenait à tous les notaires de la cour de Metz (emplacement de la maison n° 7). Chaque année le 1er mai les notaires de l’arrondissement de Metz s’assemblaient dans cet immeuble jusqu’à l’époque où ils en avaient acheté une autre située rue de l’évêché.

La partie la plus ancienne de l’hôtel de Gargan datant du 13ème ou 14ème siècle et dont la façade porte des écussons, était l’ancien hôtel Desch garni de créneaux. L’une des deux parties plus récentes porte le millésime 1578 et la troisième partie dépendait du jeu de paume. La maison de gargan communiquait avec la rue aux ours. En 1803 la baronne de Gargan avait fait l’acquisition de ces bâtiments avec les dépendances.

Le bâtiment du jeu de paume formait la partie le plus récente de l’hôtel de Gargan établi en 1578 et acquis en 1603 par Henri 4 qui venait jouer y jouer avec le Duc d’Epernon. L’arrière de la maison du jeu de paume faisait face au jardin de la maison n° 12 de la rue aux ours. Le jeu de paume transféré à Versailles en 1693 était devenu célèbre par la suite.

La rue nexirue avait perdu son nom pendant quelques temps pour prendre celui de rue du jeu de paume.

Au début du 18ème siècle la ville devenue locataire du bâtiment du jeu de paume en avait fait un magasin. En 1720 l’état avait échangé avec la ville de Metz le jeu de paume contre le bâtiment de la monnaie. La salle longue de 30 mètres et large de 9 mètres, avec une scène de 8 mètres sur 10 mètres, avait été transformée en salle de spectacle. Après l’ouverture du théâtre, elle était louée à des comédiens de passage et vendue à la fin du 18ème siècle, elle avait été réunie à l’hôtel de Gargan

Au 18ème siècle la rue avait été élargie à chaque extrémité.

En septembre 1753 Louis Jobal, conseiller du roi, président à mortier au parlement de Metz, avait demandé une autorisation pour faire des réparations dans la maison qu’il possédait rue du jeu de paume. Ayant émigré en 1793, pour se soustraire à la peine capitale, sa maison avait été vendue comme bien national. Son superbe mobilier avait été livré aux enchères publiques le 7 brumaire an 4 (16/10/1795).

Monsieur Dupré de Genest, receveur des douanes du roi, contrôleur des actes et secrétaire perpétuel de l’académie de Metz, demeurait rue nexirue vers 1760.

En 1773 la rue dépendait de la paroisse Saint Gorgon, puis après la suppression de cette paroisse, elle avait été réunie à la paroisse Saint Victor place de chambre.

Vers 1770 il existait un pressoir dans la maison (n° 11) où au début du 19ème siècle était la fabrique de papiers peints Dumoulin. Dans la maison voisine en 1837 se trouvait une école de garçons tenue par les frères Berton.

En 1852 démolition de la grande maison n° 15 et 17 rue des Clercs donnant rue Nexirue et construction sur son emplacement de deux maisons aux n° 20 et 22 rue Nexirue. Ces maisons appartenaient à la famille Malherbe et la maison voisine n° 24 était l’hôtel de monsieur de Lardemelle.

Vers 1860 monsieur Cailly, avocat, faisant reconstruire sa maison au n° 14, avait trouvé dans l’un des murs une statue en pierre représentant un chevalier à genoux, la tête nue, les mains jointes, la poitrine revêtue de la cuirasse et portant la cotte de mailles.

En 1901 l’auberge Heimath établie rue Nexirue, servait d’auberge à des voyageurs pauvres.

En 1936 se trouvaient au n° 1 le café Novelty, n° 1b le restaurant du Vatel, n° 7 une bonneterie en gros, n° 11 un sculpteur sur bois, n° 13 le garage du centre, n° 15 (immeuble appartenant à l’Armée du Salut) l’hôtel A la bonne Hôtellerie, n° 17 les bureaux de la société des anciens moulins Tillement.

N° 6 Imprimerie Gueblez, n° 8 marchand de bières, n° 14 Association des propriétaires, n° 16b bureau d’assurances, bureau de la foire exposition, bureau de la sauvegarde commerciale messine, bureau de la fédération des groupements commerciaux de la Moselle, bureau du consulat d’Haïti, n° 18 alimentation en gros, n° 20 coopérative laitière de la Moselle et association mosellane des producteurs de blé.
Année 1930 Depuis les années 1950/60 Année 1939 Année 1915 Année 1926 Année 1929 Année 1914 Année 1954 Année 1910 Année 1935 Année 1926 Année 1927 Année 1927

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page