Marchands de bois de chauffage

Par arrêté du 25 novembre 1728 les marchands de bois de Metz étaient tenus de remplir leur chantier de bois de chauffage pour le 10 décembre suivant, sous peine de payer une amende de 500 livres. En outre ils risquaient d’être privés des places qui leur avaient été accordées, soit au Saulcy, soit sur le port de Chambière, tant pour les bois de chauffage, que de marnage.

Il leur était défendu délivrer du bois à un particulier ne possédant pas de billet à son nom délivré par le lieutenant général de police. La quantité livrée à un particulier ne pouvait excéder la quantité de deux charrettes.

Les billets reçus des particuliers étaient remis par le marchand de bois, chaque jour, au lieutenant de police pour être enregistrés.

Les marchands devaient se conformer à la taxe en vigueur jusqu’au 1er janvier suivant.

A partir du 1er janvier 1729 les bois de chauffage n’étaient plus vendus qu’à la corde, suivant la taxe qui en était faite, proportionnée à la qualité et à la longueur des bois, ainsi qu’à leur valeur.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page