Rue Hollandre Piquemal

Autrefois cul de sac commençant à la jonction des rues Saint Vincent et Saint Marcel, elle portait le nom de rue des Ursulines, dont le couvent faisait face à la rue. Elle était devenue par la suite la rue du Passetemps, nom de l’hôtel construit par Pierre Baudoche, pour devenir rue des Pères Saint Georges à la fin du 17ème siècle en raison de l’hôpital Saint Georges à proximité.

En 1737 elle avait été prolongée jusqu’au rempart Belle-Isle, élargie sur le terrain de l’abbatiale occupée par le baron d’Eltz, abbé de Saint Vincent, suite à quoi elle avait pris la dénomination de rue d’Eltz.

Avec la construction du petit lycée en 1845, la rue d’Eltz se terminait sur l’entrée de celui-ci.

Vers 1850 le vieil hôtel du Passetemps avait été vendu à monsieur et madame Hollandre Piquemal qui y avaient construit l’asile Sainte Constance, d’où nouvelle dénomination de la rue en 1867, qui prenait le nom de rue Hollandre Piquemal.

A la même période à l’angle de la rue, se trouvait la brasserie Reinert, qui avait été vendue en 1868 à Gustave Amos, le futur fondateur de la Brasserie Amos de la rue Mangin.

La ville avait fait démolir en 1878 les bâtiments inoccupés dépendant de l’abbatiale Saint Vincent située le long de la rue.

En 1936 outre la brasserie au n° 1, se trouvait au n° 4 un épicier et au n° 8 un atelier de menuiserie.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page