Rue Saint Marcel

Au 13ème siècle située au Clos Saint Marcel, la ruelle mesurait 35 pieds de large jusqu’à la haie. Il s’y trouvait une maison en partie effondrée.

Au 14ème siècle la prieuse du couvent de l’ordre de Saint Augustin en la vigne Saint Marcel, avait laissé la maison de la vigne aux Dames dites les Pucelles.

Au 15ème siècle dans la rue appelée rue Saint Marcel devant les Pucelles, l’église Saint Marcel occupait le n° 23 de la rue jusqu’à la rue du pont Saint Marcel au n° 7 bis. Sa voûte en plein cintre était percée de 20 fenêtres dont 3 dans le chœur, son clocher ayant 150 pieds de hauteur. Elle était autrefois desservie par les religieux de Saint Vincent, dont l’abbé avait agrandi et embelli cette église.

Le cimetière entourant l’église, fermé par un mur, bouchait l’entrée de la rue de la haie et allait jusqu’à l’abreuvoir. Au 16ème siècle la haute maison près de l’église, se trouvait à côté du cimetière, proche de l’égout en allant vers le pont Saint Marcel. L’abbé de Saint Vincent reconnaissait n’avoir aucun droit sur la haute maison près de Saint Marcel qui appartenait à ces religieux.

L’église avait été mise en adjudication en 1794. Sur son emplacement en 1837 avaient été construits de vastes magasins pour le commerce du fer.

L’hôtel de Raigecourt dit vide-bouteille, était situé devant l’église.

Les Ursulines étaient arrivées en 1649 pour créer des classes gratuites. Leur monastère était traversé par une vaste galerie appelée galerie Saint Jean Baptiste. Un puits était surmonté d’un dôme supporté par 4 colonnes. La chapelle le long de la rue comportait une chaire à prêcher sculptée et un retable d’autel peint en 1768. Ce monastère avait été loué en 1793 par le citoyen Gobert qui l’avait transformé en dépôt de cuir. En 1870 le génie militaire occupait le n° 33 anciennement les Ursulines.

En 1670 située dans la rue se trouvait l’hôtel de la Croix Blanche.

En 1792 la rue avait pris le nom de rue Marat. A la même période une cour appelée cour des miracles était proche de l’église.

Au début du 18ème siècle à côté de l’église avait été créée la maison du refuge Saint Charles tenu par des sœurs, pour les filles dépravées. Des filles vierges s’y consacraient aux pensionnaires mises en correction. Une chapelle avait érigée en 1709. Des industries s’y étaient installées à la révolution et la chapelle avait été détruite au 19ème siècle.

Une maison située entre la rue de la Vignotte et le pont des morts était nommé maison à la grande porte.

Commerces en 1936
N° 9 une boulangerie, n° 21-23 une épicerie, n° 27 un garage, n° 2 une épicerie, n° 6-12 une épicerie, n° 16 fruits et légumes, n° 26 une boulangerie.

Koessler Garage Garage Eurauto
Vétérinaire

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page