Retour au 17ème siècle

Des injures pardonnées

Suzanne Toussaint épouse d’Antoine Le Conte, avait reconnu avoir proféré le 16 mars 1637 des injures contre Marie Boudin, la traitant à plusieurs reprises de putain. Suzanne avait demandé pardon, disant qu’elle ne le pensait pas et qu’au contraire elle tenait Marie pour une honnête femme de bien. Celle-ci après confrontation devant l’échevin de justice de Longeville, lui avait accordé son pardon.

Le 9 décembre 1637 un accord avait été passé entre Daniel Bringre batelier demeurant à Metz et Nicolas Lalement chartier demeurant à Longeville. Des paroles injurieuses avaient été proférées par ledit Lalement contre l’honneur de Daniel Bringre. Nicolas Lalement n’avait pas souvenir de l’avoir injurié et s’il lui avait échappé des paroles mal sonnantes contre l’honneur de Daniel et de sa femme, il en était marri. Il ne voulait pas maintenir ces paroles, car il les avait en estime d’homme de bien et de femme digne. Ledit Bringre avait été satisfait que Nicolas Lalement reconnaisse les paroles d’un soir.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page