Le gaz et l’électricité

La ville était éclairée en 1881-1882 par 644 lanternes publiques brûlant à l’heure 150 litres de gaz. Ensuite il avait été créé 80 lanternes nouvelles et aussi 4 lanternes système Siemens brûlant 600 litres à l’heure. Le 19 décembre 1884 le conseil municipal avait porté à 929 le nombre de lanternes qui n’étaient plus distantes que de 35 mètres au lieu de 60 mètres précédemment.

Un essai d’éclairage électrique avait été fait en 1885 sur la place d’Armes et sur la place de la Comédie, au moyen de 4 lampes alimentées par un électromoteur, mis en mouvement par l’une des turbines du moulin du Terme. Au mois de février, 17 lampes électriques ayant chacune un pouvoir éclairant équivalent à 1000 bougies, avaient été installées. Une lampe électrique avait le même coût que 16 becs de gaz.

L’éclairage public avait été porté à 1019 lanternes à gaz en 1891. Une partie des lanternes qui auparavant brûlait jusqu’à minuit, était éteinte à 11h1/2 du soir.

Cuisine au gazEn 1897 le gaz était beaucoup utilisé dans les maisons bourgeoises pour faire la cuisine. L’administration du gaz cherchait à développer cet usage et expérimentait chaque semaine de nouveaux appareils. Dans les petits ménages on se servait pour la cuisine de réchauds fort commodes et économiques.

Incandescence AuerL’usage des becs à incandescence Auer se propageait aussi, même dans les églises et fournissait une très belle lumière.

Une société d’électricité en 1901 s’était installée rue des Clercs et avait entrepris l’éclairage des maisons entre la rue des Clercs et la rue Serpenoise, le traité avec la compagnie du gaz ne lui permettant pas de les étendre au-delà. L’usage des becs de gaz fournissait un éclairage plus économique et plus brillant que la lumière électrique.

Le 21 mai 1904 un traité avait été passé avec les usines de Maizières et Rombas pour la fourniture d’électricité, mais l’autorité militaire s’était opposée à l’installation des fils électriques, Maizières et Rombas étant hors de la ligne d’enceinte.

La même année, l’usine d’électricité installée près du pont de Thionville avait été inaugurée.

La ville avait posée des fils électriques dans toutes les rues pour la distribution d’électricité aux particuliers.

La ville avait assuré à la compagnie du gaz une indemnité pour avoir le monopole de l’électricité et prenait en 1905 le gaz d’éclairage et l’électricité en régie.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page