Les réverbères

Le conseil municipal avait envisagé en novembre 1866 l’achat de cinq réverbères pour éclairer la traversée du village.

La route impériale n° 3 était très fréquentée par les voitures publiques, les omnibus, les voitures particulières et même par quantité de piétons jusqu’à une heure assez avancée de la nuit. Faute d’éclairage des accidents pouvaient survenir surtout en hiver.

Une somme de 400 francs avait été votée pour l’achat des réverbères à placer en certains endroits du village.

Il avait été accordé annuellement une indemnité de 5 francs par réverbère, au garde de police chargé de leur entretien et de l’allumage.

Cadeau de Noël l’éclairage avait commencé le 24 décembre 1866.

En 1877 le sieur Denis, cordonnier, était en charge de l’allumage des réverbères. Rétribué par un conseiller municipal, ce dernier rentier, avait déclaré ne plus vouloir assurer le payement du salaire à compter du premier janvier 1878.

Le maire avait proposé la continuation provisoire de ce service par le sieur Denis.

Plusieurs habitants avaient proposé précédemment une quote-part pour les dépenses de l’allumage, si les ressources de la commune n’étaient plus suffisantes pour assurer cet éclairage.

Devant l’urgence de la situation le maire avait proposé d’ouvrir une souscription.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page