Petites soeurs des pauvres

La congrégation des petites sœurs des pauvres était arrivée à Metz pour y fonder un asile de vieillards. Les sœurs s’étaient installées dans un premier temps rue Marchand dans l’ancienne maison du Sacré Cœur [1] , avant de laisser la place aux orphelines de Saint Joseph en 1859.

Les sœurs avaient acquis en 1860 un hôtel [2], rue de Châtillon pour le transformer en pensionnat. Celui-ci avait été fermé par l’autorité allemande en 1872 et transformé en maison de retraite.

La congrégation des petites sœurs des pauvres avait été autorisée à fonder un asile de vieillards. La supérieure avait acquis le 28 octobre 1863 une propriété à Plantières, commune de Borny, pour servir à l’installation de cet asile.

L’asile de vieillards de Belletanche avait été donné aux sœurs après 1889. En 1922 il n’avait pas d’existence propre n’ayant pas de maison mère. C’était une simple maison de retraite et de repos pour les sœurs âgées ou fatiguées.

Notes

[1] Le Sacré cœur en 1807 était devenu un pensionnat de demoiselles, dit de Sainte Sophie, qui était précédemment installé rue des prisons militaires. En 1857 l’institut de Sainte Sophie avait quitté la rue Marchand pour un nouveau bâtiment à Montigny où les filles pauvres recevaient un enseignement gratuit.

[2] En 1739 un terrain du côté de la porte Serpenoise avait été donné à l’abbaye de Châtillon qui y avait construit cet hôtel pour la retraite des religieux, appelé refuge de Châtillon.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page