La redoute

Plan avant la construction du PâtéAussi appelé "le Pâté" et plus connu sous l'appellation La redoute du Pâté cette fortification avait été édifiée en 1736 sur les ruines de l'amphithéâtre gallo-romain dont les vestiges avaient subsisté sous la nouvelle construction.

Lors de l'établissement du fort du Pâté il existait un fossé se dirigeant vers la Seille en traversant les prés. Relié aux fossés du petit fort il servait à l'écoulement du trop plein.

Après la construction du PâtéPlus tard le génie militaire ayant donné plus de profondeur aux fossés du Pâté, un fossé de décharge avait été creusé plus au nord. L'ancien fossé devenu trop élevé par rapport au niveau d'eau du Pâté avait été mis hors d'usage. En avril 1883, suite à des inondations des terrains environnants, il avait été nécessaire de nettoyer le fossé jusqu'à l'embouchure du Pâté.

Le Sablon n'avait aucun cours d'eau relié aux fossés de la Redoute.

Deux maisonnettes construites sur le sol du Pâté appartenant à l'état, avaient pour ce motif, la nature d'objets mobiliers non bâtis. La pompe établie dans le puits appartenait également à l'état. L'une des maisonnettes servait d'habitation et d'écuries, l'autre était destinée à une salle de billard.
Dans la salle de billard décorée de trois glaces, se trouvaient en plus du billard, deux comptoirs, des tables avec chaises, bancs et tabourets. Y étaient pratiqués les jeux de palets et de trou de boules. Des planches étaient installées en tant que dressoir dans la cuisine et dans la cave.

Le restaurateur, Jean Louis Delatte, domicilié au Pâté, étant décédé, le fond de restaurant avait été vendu par adjudication en 1848. Le nouvel adjudicataire avait profité à titre de sous locataire de la jouissance du septième lot du terrain du Pâté. La condition essentielle était que le locataire, comme le locataire précédent, devrait cesser la jouissance à la première réquisition de l'autorité compétente.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page