Le siège de Metz

Une chapelle dite de la paix et dédiée à Saint Fiacre fut édifiée en 1153 lieudit « La Folie ». [1] Détruite en 1324 elle fut reconstruite dix ans plus tard pour être à nouveau détruite en 1444 et reconstruite en 1473 puis définitivement rasée en 1552.

Le mistère en fut mout aigré

pour monsieur saint Barnabé

qui fit la paix en une place

auprès de saint Arnoult à Metz

En cette place des miracles

fut la chapelle saint Fiacre

puis après pour toujours

fut nommée la chapelle de paix

En 1432 le champ Nemmery dans lequel on se rendait par la poterne de la porte Mazelle était situé sur la Seille. Il servait de promenade publique où les seigneurs et les dames de la cité de Metz allaient se délasser après souper, le long du rivage. Par la suite la poterne fut fermée et le nouveau lieu de promenade fut le Saulcy ainsi dénommé car on y avait planté des saules pour en faire un nouveau lieu de sortie.

Le siège de Metz

Au cours de l’été 1552, pour préparer la défense de Metz et pour fortifier la ville, le Duc de Guise avait fait raser les abbayes et églises entre autres celles du Sablon.

En octobre avait été commencé la construction d’un rempart à l’endroit de la poterne près de Saint Thiébault, jusqu’à l’entrée de la Seille. Un gibet avait été dressé près de la porte pour remplacer celui de Montigny.

En novembre 1552, les troupes de Charles Quint étaient arrivées au Sablon. Environ 1.500 hommes avaient passé la rivière de Seille sur le pont de Magny. Une troupe de gens à pied avait longé les jardins pour venir s’établir au lieudit Saint Pierre.

Le lendemain de Noël le Duc de Guise visitant les murailles de la ville, vit que les ruines de Saint Pierre avaient été abandonnées et que seules quelques vaches broutaient à proximité.

Le camp de Metz 1552

Occampa la ville au mois de septembre

mais il leva son camp au dernier de décembre

car le tems fut si mauvais et l'hiver si fort

que grande partie de ses gens furent mort

Et aussi leurs vignes jardins et champs

de grand regret en moururent plusieurs gens

voyoient aussi encore mettre en desert alors

tous les monastères tant dedans que dehors

Comme saint Quentin, saint Martin et saint Eloy

de devant le pont des morts et pont y froy

aussi saint Arnould et saint Clément

saint Pierre et notre Dame aux champs


En 1572, après le siège de Metz, le Ban Saint Clément s’étendait depuis le bout du pont de Magny jusqu’au lieudit Le Chanou de l’hôpital et de Saint Pierre aux Champs.

La rue était nommée Grand Chemin sur Seille puis Chemin Saint Pierre à partir de la jonction avec la rue aux Arènes jusqu'à la porte Saint Thiébault.

A la fin du XVI° siècle, les protestants se réunissaient à Saint Pierre aux champs dans un jardin où se trouvait une villa. La démolition des ruines et le réemploi des pierres de l'église Saint Pierre aux Champs pour la construction de remparts, avait eu lieu entre 1558 et 1561.

Notes

[1] proche de l’amphithéâtre entre la rue André Malraux et la Seille

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page