Le comité de libération

Après la libération par les américains, le conseil municipal de Metz se réunit pour la première fois depuis la guerre. Le maire de Metz, Gabriel Hocquard ainsi que ses anciens adjoints et ses conseillers sont présents.

Ernest Kempnich, est lui aussi présent, désigné par les membres de la résistance comme adjoint au maire F.F.I.. Gabriel Hocquard explique aux membres du conseil, que Paris lui impose un comité de libération, qu'il accepte bien qu'il soit contre.

Le maire ajoute:

Je tiens à ce que nous ayons l'union, je n'étais pas partisan de cette création, mais elle existe et j'espère que nous nous entendrons bien. Ceci doit préparer à la bonne entente dans les relations que nous aurons avec le comité de libération.

Le 15 juillet 1945, une ordonnance du préfet de Moselle nomme Ernest Kempnich membre de la commission départementale d'épuration des entreprises.

Il délivre un certificat au médecin Arnulf Scholz, qui les a aidés dans la résistance, particulièrement en faisant hospitaliser des prisonniers politiques afin qu'ils échappent à la Gestapo. Il y recommande aux autorités alliées de lui prêter aide et assistance.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page