La religion et l'église Saint Privat

En 1561 l'église Saint Privat reconstruite, avait servi de lieu de réunion pour les protestants jusqu'au mois de décembre. En 1591 l'église avait cessé d'être paroisse pour devenir annexe de la cure de Magny.

En 1597 les protestants s'y réunissaient à nouveau. Ils se retrouvaient également à la ferme de la Horgne où le 16 août 1648 Jacob Collot faiseur de cartes, y avait pris pour épouse Marie Florent.

Lors de la visite de l'église Saint Privat le 23 avril 1676, les paroissiens avaient réclamé le rétablissement d'un curé, car en raison du transfert de la cure à Magny, plusieurs personnes étaient mortes sans sacrements à cause de la distance et des inondations de la Seille en hiver. Les religieux de Saint Clément s'étaient chargés de l'administration des sacrements, mais étant enfermés dans les murailles de la ville, et n'étant pas présents en permanence, huit à dix personnes étaient décédées sans sacrements. A partir de cette date, rétablissement d'un curé, car celui de Magny ne s'occupait plus de Saint Privat depuis cinq ou six ans, où il y avait beaucoup de familles protestantes dont on pouvait espérer la conversion.

Le 8 janvier 1681 le prêtre de Saint Martin de Metz avait réclamé la restitution de 25 à 30 maisons au ban Saint Clément, qui lui appartenaient et dont les abbés de Saint Clément s'étaient emparées. Il n'en touchait pas les dîmes qui étaient perçues par l'admodiateur de l'Abbaye Saint Clément.

Le 19 octobre 1685 le sieur Perceval avait été nommé en qualité de vicaire à l'église Saint Privat.

Le 12 avril 1700 le Père Procureur de l'Abbaye Saint Clément, après la messe à Saint Privat, avait procédé à l'élection d'un nouvel échevin, Nicolas Henrion, lequel avait prêté serment sur les saints évangiles.

Le 10 février 1701 était décédé Charles Richon échevin.

En 1738, environ dix familles habitant le Sablon, à quelque distance les unes des autres, étaient desservies par le curé de Saint Martin. Pendant la nuit les portes de la ville étant fermées, ils restaient sans sacrements en cas d'urgence. Il serait nécessaire de transférer la paroisse soit à Magny, soit à Saint Privat son annexe, où le vicaire serait chargé d'administrer les sacrements. Le lundi 29 décembre de la même année, au bas sablon, dans la maison du Sieur Lerouge, entrepreneur des fortifications, il avait été décidé la désunion du canton appelé le Sablon, de la paroisse Saint Martin et son union à celle de Magny et de Saint Privat son annexe.

En 1747 Vincent Cornichet était chantre de Saint Privat et le 21 décembre 1756 nomination du sieur Laurent à la cure.

Le 14 août 1767 Antoine Le Maire, âgé de 65 ans, ancien chantre, devenu le gardien de Saint Privat était décédé.

Le fermier de la Grange Lemercier, madame Dumoulin avait demandé son rattachement à la cure de Magny car plus proche que Montigny.

En 1768 une liste des paroissiens de Saint Privat qui dénombrait 562 personnes , avait été établie.

L'église de Saint Privat avait été démolie en 1810.


La chapelle Saint Privat ou plutôt ce qu'il en reste, a été rénovée en 2008.



Chapelle Saint Privat

Les photos des vestiges non rénovés datés de 1986 sont accolés aux photos du 20 septembre 2008.

1986 et 2008 1986 et 2008 1986 et 2008 Sur le mur extérieur

1986 et 2008

Ouverture au public de la chapelle Saint Privat de Montigny les Metz, rénovée tout récemment .

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page