Après le siège de Metz

Le territoire ruiné du Sablon était devenu principalement un lieu de jardins et de vignes.

A partir de 1554 les pierres de l'Abbaye Saint Clément, qui avait été démolie, avaient été réutilisées pour construire le jeu de paume ainsi que les remparts de Metz.

Plus tard en 1558-1559, un salaire avait été versé à des ouvriers qui exécutaient des travaux de déblaiement à l'Abbaye saint Clément. Ainsi le premier janvier 1559, les sept manœuvres, les trois chargeurs à l'Abbaye, les quinze hottiers, les sept charroyeurs qui poussaient à la porte Champenoise, pour le retranchement de Guise (à l'Arsenal) et pour la construction du rempart près de la porte Champenoise, avaient touché une somme globale de 119 livres 20 sols.

Il n’était resté du monastère Saint Clément, qu'une petite source couverte d'une pierre. Puis des vignes avaient été plantées à l'emplacement des Abbayes Saint Arnould et Saint Clément.

Seule une croix construite en 1667 sur les hauteurs du Sablon, avait rappelé le souvenir de l'ancienne Abbaye.

Les terres et les vignes qui appartenaient aux différentes abbayes avaient été louées à différents particuliers. Il ne restait que de rares maisons dont la maison forte.

A la fin du XVII° siècle, on récoltait sur les terres labourables, du blé, de l'orge, du chanvre, des pois, des fèves, des carottes.

En 1682 les jardiniers se plaignaient de ce que les habitants de Metz et des villages voisins venaient cueillir les fruits et les légumes de leurs jardins. Les forestiers (garde-champêtre) qui trouvaient des personnes en train de grappiller dans les jardins, leur infligeaient 30 gros d'amende.

Le 30 septembre 1757 le Procureur Fiscal avait fait savoir que les vendanges pour le Seigneur Abbé se feraient le premier octobre et pour les autres propriétaires le lendemain 2 octobre.

Dans la nuit du 22 au 23 août 1782 un orage avait causé de gros dégâts. Le peu qui restait à récolter était de mauvaise espérance, car le grain avait dépéri et n’était pas parvenu à maturité.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page