Personnages & Monuments › Le général Morlot

Après le décès de Morlot

Morlot étant décédé d'une maladie épidémique, contractée en ramenant les prisonniers espagnols, venant de Saragosse, il est accordé à sa veuve une pension de 1.500 frs. En juin 1809, la veuve Morlot, disant que son mari ne lui a laissé pour héritage que cinq jeunes enfants et la réputation d'un  […]

Lire la suite

La Légion d’Honneur

Le 22 thermidor an 10 (10 août 1802) de Metz, Morlot écrit au Ministre de la guerre pour solliciter un emploi, soit commander une division, soit inspecter, mettant en avant ses connaissances acquises pendant vingt années de service. Le général de division Morlot en non activité renouvelle sa  […]

Lire la suite

Destinations Diverses

15 fructidor an 7 (1 septembre 1799) Le Ministre de la guerre envoie Morlot en Batavie. Il doit se rendre sur le champ à La Haye. Le 4 floréal an 8 (24 avril 1800) à La Haye, Morlot écrit au Ministre de la guerre pour demander une autre destination en raison de motifs particuliers et très  […]

Lire la suite

A Metz

Le 10 pluviose an 6 (29 janvier 1798) Morlot est nommé Commandant de la 3ème division Militaire à Metz le Général Legrand ayant refusé ce poste qui lui était proposé. 2 germinal an 6 (22 mars 1798) Place de Metz Prestation de serment du Général Morlot Sur la place de l'égalité où était réuni  […]

Lire la suite

Sans emploi

Le 11 ventose an 5 (1 mars 1797) Morlot est à Richemont, où il a rejoint son père, commissaire du Directoire à Florange. Il écrit au Ministre de la guerre pour lui dire qu'il attend ses ordres, qu'il a rencontré le Général Hoche, et qu'il souhaite réintégrer l'armée de Sambre et Meuse. Le 2  […]

Lire la suite

La Destitution et la Réintégration

Le 9 brumaire an 5 (30 octobre 1796) Morlot, employé à Aix la Chapelle, est destitué par le Directoire Exécutif. Le Ministre de la guerre lui réclame les chevaux et les équipages des dépôts de la République, dont le prix lui sera remboursé. Suite à cette destitution, le 28 brumaire suivant (18  […]

Lire la suite

Le mariage

Le 14 frimaire an 3 (4 décembre 1794) à Longwy Antoine Morlot épouse Marie Catherine Masson, 18 ans, fille de Charles, Receveur des deniers à Longwy et de Madeleine Galoy. Le mariage a lieu en présence de Pierre Morlot, père du marié, de Charles Masson, père de la mariée, de Louis Masson, marchand  […]

Lire la suite

Bataille de la Roër

Le 10 vendémiaire an 3 (1 octobre 1794) Morlot, soutenu par la cavalerie est chargé d'enlever le plateau d'Aldenhoven placé en avant de la Roër, de balayer la plaine, de passer l'eau et de masquer Juliers pour empêcher les autrichiens d'en déboucher. On se battait au centre sur le plateau avancé  […]

Lire la suite

La bataille de Fleurus

Une seule armée appelée Sambre et Meuse s'élevait à 66.000 hommes environ et fut mise sous les ordres du Général Jourdan qui résolut de passer la Sambre et d'investir Charleroi. L'attaque commença le 8 Messidor au matin. Les français d'abord repoussés étaient parvenus à rétablir le combat sur tous  […]

Lire la suite

L’armée

Antoine Morlot, dit Olivier, entre dans le corps royal de l'artillerie, compagnie d'ouvriers de Croyé de Reûille, le 7 décembre 1782 à l'âge de seize ans et demi. Il y reste pendant sept ans. Il obtient son congé militaire le 28 septembre 1790 âgé de vingt quatre ans. Il est alors premier ouvrier  […]

Lire la suite

Les origines

Antoine Morlot est né le 5 mai 1766 à Bousse, localité proche de Thionville en Moselle, fils de Pierre Morlot et Anne Bluet. Il est baptisé le jour même. Son parrain est le sieur Antoine Godard, marchand tanneur à Kédange et sa marraine Anne Berni femme au sieur Baltazard Haquardio, marchand à  […]

Lire la suite

Haut de page